1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Tino Folgar -Juan Garcia

Tino Folgar -Juan Garcia

Ref: MR676

Tino Folgar

01-Los Gavilanes-Flor roja
02-Frasquita-Serenata
03-Doña Francisquita-Mujer fatal
04-La Marchenera- Romance de Don Félix
05-Luisa Fernanda- Dúo de la rosa. w Nieto
06-Los de Aragón- Agüita que corre
07-Los de Aragón –Los de Aragón
08-Martierra- Ancla vela Marina
09-Martierra- Dúo de la guitarra y el acordeón. w Almodóvar
10-Luisa Fernanda – Habanera del Saboyano
11-La Pícara Molinera- Romance de Juan

Juan Garcia

12-Princesita
13-Por un carino
14-La Calasera- Romance
15-Y No te bese
16-Ay ay ay
17-En un pueblito de España
18-Los de Aragón- Los de Aragón
19-Los de Aragón – Agüita que vas al mar
20-El Fantasma-Romance del Tenor
21-El Ama- Romance de Clemente
22-Un barberillo alegre



Tino FOLGAR (1892-1983)
Juventino Folgar Ascaso est né le 25 janvier 1892 à Condal près de Barcelone. A l’âge de dix-sept ans, il rejoint un groupe artistique et participe à de nombreuses productions lyriques et dramatiques. Un membre de sa famille, frappé par ses dons, lui obtient une place au Lyceum. Il y fait une si bonne impression que certains allèrent jusqu’à comparer sa voix à celle d’Anselmi. Il prend un professeur, puis chante au Théâtre Tivoli de Barcelone quatre représentations de La Bohème et quatre du Barbier de Séville avec un grand succès. Pour compléter sa formation vocale, il se rend en 1922 à Milan.Il tombe hélas sur un professeur maladroit et tout à fait incompétent nommé Belini. En un rien de temps, sa voix est ruinée au point qu’il ne peut plus chanter une seule note. Très amer, il s’apprête à rentrer à Barcelone, lorsqu’il rencontre par hasard un professeur un peu bizarre nommé Estchan Pascual qui enseignait selon la vieille méthode Porpora. Bizarre ou pas, le bonhomme réussit non seulement à rendre à Tino sa voix mais à l’améliorer en amplitude et en longueur de régistre au point que le ténor pouvait vocaliser jusqu’au contre fa dièze. Suivant les avis de Pascual, il fait en 1925 ses débuts au théâtre de la station thermale d’Acqui dans Le Barbier de Séville. Un grand succès confirmé lors d’une splendide Lucia di Lammermoor. Il est alors engagé pour ces deux mêmes opéras à Boghera et au théâtre Paganini de Gênes. 1927 est une importante année pour lui: il épouse Yole Solito de Solis, une jeune fille de famille noble, il enregistre à Milan le Duc de Mantoue dans une intégrale de Rigoletto, et enfin il va chanter, aux côtés de Conchita Supervia, Vicente Bettoni et Laura Pasini, au théâtre Argentina de Rome L’Italienne à Alger qui n’avait plus été donné sur cette scène prestigieuse depuis quatre-vingts ans, et son succès est extraordinaire. Après s’être produit dans plusieurs théâtres en Italie où ses interprétations dans Lucia, le Barbier, Traviata, La Bohème et La Favorite lui valurent des milliers d’admirateurs, il retourne à Barcelone natal où il donne de nombreux concerts et offre à ses compatriotes une émouvante Manon de Massenet. Il se lance alors dans la Zarzuela. Il crée La Mattiera de Jacinto Guerrero puis Los Claveles (Les Oeillets) de José Serrano. Par la suite, il utilisa sa voix magnifique dans Luisa Fernanda, El Huested del Sevillano, Los de Aragon, Los Gavilanos, Dona Francisquita et beaucoup d’autres. Il se lance dans l’Opérette viennoise. En 1932 il apparaît dans le premier film musical espagnol, La cancion del dia. Il fait un peu de comédie musicale puis se rend à Las Palmas pour inaugurer une grande saison d’Opéra. Ensuite, il revient en Argentine pour chanter à la Radio.Il met fin à sa carrière de chanteur en 1952. Il s’installe à Buenos Aires où il ouvre une académie de chant. Il y prend sa retraite et meurt en 1983 à l’âge de 91 ans.

Juventino Folgar Ascaso was born on January 25th 1892 at Cordal near Barcelona.At 17 he joined an artistic group and took part in a number of music and drama productions.A relation,struck by his gifts,secured him a place at the Lyceum.Such was the impression he made that some went as far as comparing his voice to Anselmi’s.Having taken a teacher,he appeared with great success at Barcelona’s Tivoli theatre in four productions of both Bohème and Barbiere di Siviglia.To complete his musical training he went in 1922 to Milan.Unfortunately,he chose a blundering and quite incompetent teacher called Bellini.Soon his voice was so damaged that he could no longer sing a note.Very bitter,he prepared to return to Barcelona when he chanced to meet a somewhat odd teacher called Estchan Pascual who taught according to the old Porpora method.Odd or not, Pascual both restored his voice and so improved its fullness and extent that our tenor could soon vocalise up to a high F sharp.Following Pascual’s advice,he made his debut in 1925 at the Acqui spa station in Barbiere di Siviglia.After a great success in Lucia di Lammermoor,he was engaged for these two operas at Boghera and Genoa’s Paganini theatre.1927 was an important year for him:he married Yole Solito de Solis from a noble family,and recorded in Milan the Duke of Mantua in a complete performance of Rigoletto.Finally in 1927 he sang with Supervia,Bettoni and Pasini in Italiana in Algeri at Rome’s Argentina theatre;there his success was outstanding in an opera which had not been performed in this important theatre for 80 years.After appearing in several other theatres where his interpretations in Lucia, Barbiere,Traviata, Bohème and La Favorita won him thousands of admirers,he returned to his native Barcelona to appear in numerous concerts and a moving performance of Massenet’s Manon.
He then turned to zarzuela,creating in La Mattiera de Jacinto Guerrero and Los Claveles(Carnations) of Jose Serrano.Later his magnificent voice was heard in Luisa Fernanda,El Huested del Sevillano,Los de Aragon,Los Gavilanos,Dona Francisquita and many others.
He next essayed Viennese operetta. In 1932 he appeared in the first Spanish musical film, La Cancion del Dia. After a little musical comedy he went to Las Palmas to open a grand opera season. Finally, he appeared on Argentine radio before ending his singing career in 1952,settling in Buenos Aires where he opened a singing academy. There he retired before dying in 1983 at the age of 91.
Juan GARCIA (1900-1969)
Juan Garcia Munoz est né le 8 octobre 1900 à Sarrion. Son père qui était organiste et dirigeait un groupe local de chanteurs de sérénades, lui donna une éducation musicale de base et l’aida à développer sa voix. Il continua ses études avec le curé de la paroisse de Valbona, Don Elias Garcia. Pour payer ses études, il devient peintre en bâtiment. Un jour, alors qu’il est en train de peindre le mur d’une maison tout en chantant l’Ecco ridente du Barbier de Séville, la célèbre soprano Toti Dal Monte passe par là. Elle s’arrête pour l’écouter et lui demande s’il étudiait le chant. Il lui répond qu’il avait appris le rôle du Comte Almaviva. Et, à sa demande, lui donne son adresse. Quelques jours plus tard il reçoit une lettre de recommandation pour chanter dans un petit théâtre. Le succès qu’il obtint alors l’encourage à persévérer. C’est dans Rigoletto au théâtre Communal de San Remo que commence sa grande carrière qui se poursuit sur maintes scènes italiennes. Au bout d’un an, il retourne en Espagne. Ce fut d’abord au théâtre Tivoli de Barcelone Manon avec la soprano française Geneviève Vix. Un triomphe qui se répéte au Grand Théâtre du Liceo. Immédiatement après il s’enrôle en Egypte dans une troupe dirigée par Mascagni et dont la vedette est le grand Hippolito Lazaro. Lassé par ce monde de l’Opéra où régnaient intrigues et jalousies, Garcia rejont celui plus calme de la Zarzuela où il participe à de nombreuses créations. La Picarona de Gonzales del Castillo, M. Roman et Francisco Alonso le 6 février 1930, El Alma de Luis Fernandez Ardavin et Jacinto Guerrero le 24 mars 1933. Ces réussites font de lui une vedette populaire. La Radio diffuse ses jotas et mélodies, notamment Morucha, parole et musique de Juan Quintero.Mais aux contraintes du théâtre, Garcia préfère son indépendance Il crée avec des musiciens un petit ensemble “ Juan Garcia et ses musiciens “ qui se produit pour la première fois le 24 mai 1934 au Cinéma Capitol à Madrid, puis voyage à travers l’Espagne et le Portugal Début 1936, l’ensemble est engagé par Radio Belgrado à Buenos Aires. Il s’établit alors en Argentine où il se marie. Il ne revint jamais en Espagne, mais n’arrêta jamais de chanter des airs de son pays.Victime d’une attaque cardiaque, il meurt le 14 août 1969.

Juan Garcia Munoz was born on 8th.October 1900 at Sarrion.His organist father who conducted a local group of sersnade singers gave him a basic musical education and helped him to develop his voice.He furthered his studes with Don Elias Garcia,the Valbona parish priest.To finance his studies he became a house-painter.One day while he was painting a wall and singing Ecco ridente from Barbiere del Sevilla,the famous soprano,Toti Dal Monte happened to be passing.Stopping to listen,she asked if he was studying singing.Answering he had learnt the role of Almaviva,he gave her his address on request.A few days later he received a written recommendation to sing in a small theatre,where his success encouraged him to persevere. It was in Rigoletto at the theatre of San Remo that his long career began and led to engagements in many other Italian theatres.One year later he returned to Spain,starting in Barcelona’s Tivoli theatre in Manon with the celebrated French soprano,Geneviève Vix,a success he repeated at the city’s Liceo.He then joined a company in Egypt under Mascagni,starring the renowned Hippolito Lazaro.
Weary of the opera world with all its intrigues and jealousies,Garcia transferred to zarzuela,performing in numerous first nights:La Picarona of Gonzales del Castillo,M.Roman and Francisco Alonzo (6 Feb.1930),El Alma of Luiz Fernandez Ardavin and Jacinto Guerrero (24 Mar. 1933).These successes made him a popular star,with radio airings of his jotas and songs,especially Moroucha,written and composed by Juan Quintero.
Garcia,however,preferred flexible independence to theatrical constraints.He created his own “Juan Garcia and musicians” which performed first in Madrid’s Capitol cinema (24 May 1934) and then throughout Spain and Portugal.
Early 1936 the group was booked by Radio Belgrado of Buenos Aires;he then settled and married in Argentina,never to return to Spain but forever singing the songs of his native land.
He died of a heart attack on 14th.August 19
Textes de Jean ZIEGLER, traduction de Peter LACK, remerciements à Thamara MONCADA


Prix : 13.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment