1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Simone Couderc

Simone Couderc

Ref: MR598

Simone COUDERC

01 GLUCK – Orphée – « J’ai perdu mon Eurydice » -Pléiade (*)
02 BIZET – Carmen – Habanera – Pléiade (*)
03 BIZET – Carmen – Séguedille (avec le ténor Jean Bonomo) – Pléiade (*)
04 BIZET – Carmen – « Les tringles des sistres tintaient » - Pléiade (*)
05 BIZET – Carmen – Air des cartes – Pléiade (*)
06 SAINT-SAËNS – Samson et Dalila – « Mon cœur s’ouvre à ta voix » - Pléiade (*)
07 MEYERBEER – Les Huguenots – « Nobles seigneurs, salut » - Pléiade (*)
08 DONIZETTI – La Favorite – Duo « Ainsi donc on raconte » (avec C. Cambon) – Pléiade (*)
09 DONIZETTI – La Favorite – Trio « Pour tant d’amour » (avec Cambon et Fouché)-Pléiade (*)
10 DONIZETTI – La Favorite – « O, mon Fernand » - Pléiade (*)
11 DONIZETTI – La Favorite – Duo et Finale « Va-t-en d’ici » (avec G. Fouché) – Pléiade (*)
12 TRAGAN – La maja enamorada (tonadilla) – Discophon (**)
13 TRAGAN – La maja celosa (tonadilla) – Discophon (**)
14 TRAGAN – La maja franca (tonadilla) – Discophon (**)
15 TRAGAN – Ay que nino el amor (tonadilla) – Discophon (**)
16 SAINT-SAËNS – La solitaire (mélodie) – Saturne (***)
17 CARTIER – Invocation à Brahma – Saturne (***)

(*) orchestre des Concerts Pasdeloup, dir. Jean Allain
(**) au piano, le compositeur
(***) orchestre Guy Frigére


Née le 3 juin 1911 dans l’Hérault, Simone Couderc manifesta très tôt un appétit et de réelles dispositions pour toutes les formes de l’art. Elle suivit des cours de dessin, de peinture et de sculpture à l’Ecole des Beaux Arts de Rouen. Passionnée par les Ballets Russes, elle songea même à la danse. Mais la vie devait disposer d’elle autrement. Elle avait, adolescente, un joli brin de voix et elle aimait chanter en solo dans les églises. Reynaldo Hahn entendit la jeune cantatrice amateur et lui conseilla de travailler le chant. Ce qu’elle fit au Conservatoire de Rouen sous la houlette du ténor Saint-Cricq, puis rue de Madrid à Paris dans la classe de Mme Cesbron-Viseur. L’illustre Tito Schipa l’auditionna et, séduit, lui proposa de compléter sa formation en la prenant comme partenaire dans Werther. Les hostilités franco-italiennes firent avorter ce projet. Pour gagner sa vie, la jeune femme entre dans les chœurs de l’Opéra. Sous le pseudo-nyme de Simone Dercourt, elle s’évade de temps à autre pour chanter les grands rôles de mezzo en province. Les succès remportés alors la conduisent à quitter la sécurité des chœurs pour s’engager sous vrai nom dans la carrière de soliste. Ses débuts à Nice durant la saison 1944-1945 sont plus que prometteurs : elle est Charlotte aux côtés de José Luccioni, Margared auprès d’Henri Saint-Cricq. Les grandes scènes méridionales lui font fête en Dalila, Orphée, Azucena, Léonore de La Favorite, Vénus de Tannhäuser,.. Le 2 Août 1945, sa grande voix s’épanouit en une inoubliable Amnéris devant le Mur d’Orange ; elle y retournera en Taven le 30 juillet 1959 aux côtés du Vincent d’Alain Vanzo. Le 29 janvier 1949, elle revient à l’Opéra, mais pour chanter Amnéris ; Elle y abordera par la suite Ortrude, Dalila, l’Hôtesse de Boris Godounov, Madeleine de Rigoletto,… Le 17 avril 1952, un tourbillon envahit l’Opéra Comique avec la Carmen de Simone Couderc. Salle Favart, elle chante Santuzza, Orphée, La Mère (Louise) et La Femme à Barbe lors de la création locale du Libertin de Stravinsky, le 18 juin 1953,…
Sa voix puissante, solide, longue (de l’ut grave au contre-ré aigu), richement timbrée, son tempérament de feu et sa présence scénique lui ouvrent les portes des plus grandes salles lyriques de Buenos Aires à Athènes, de Baden Baden à la totalité de l’Afrique du Nord. En pleine possession de tous ses moyens, elle quitte la scène à 65 ans et devient professeur exigeant et efficace adorée de ses élèves.


Jean Ziegler
Born on June 3 1911 in L’Herault, Suzanne couderc showed artistic inclinations at a very early age. she took up courses in drawing, painting and sculpture at the Ecole des Beaux Arts in Rouen. A passionate admirer of the Ballets Russes, she even considered taking up dance. But life took her in another direction. Already as an adolescent she had a pretty voice and loved to sing solos in churches. Reynaldo Hahn heard the young amateur and advised her to study singing. She did this first at the Rouen conservatoire under the tenor Saint-Cricq then at the Paris Conservatoire in the class of Mme Cesbron-Viseur. The famous Tito Schipa auditioned her and was so charmed by her that he proposed completing her education by taking her on as a partner in Werther. The outbreak of war between France and Italy put an end to this project. In order to make a living the young woman sang in the chorus of the Paris Opera. Under the pseudonym Simone Dercourt she escaped from time to time to sing the great mezzo roles in the provinces.Her successes in the provinces allowed her to give up the security of the chorus and to launch a career as a soloist under her own name. Her debuts in Nice were more than promising. She sang Charlotte beside Jose Luccioni and Margared with Henri Saint-Cricq. In the leading theatres of the south of France whe was applauded as Dalila, Orphee, Azucena, Leonore in La Favorite and Venus in Tannhauser. On August 2nd 1945 her great voice bloomed in an unforgettable performance as Amneris in Orange. She would return there a Taven on July 30 1957 in the company of Alain Vanzo.
On January 29 1949 she came back to the Opera, this time to sing Amneris. Following this she added Ortrud, Dalila, the Hostess in Boris Godounov and Maddalena to her repertoire there.
On April 17 1952 her whirlwind of a Carmen invaded the Opera Comique. At the Salle Favart she sang Santuzza, Orphee, the Mother (Louise) and the Bearded Lady in the local premiere of Stravinsky’s “Rake’s Progress” on June 18 1953.
Her powerful, secure and wide ranging voice (reaching from low C to high D) with its rich timbre and her fiery temperament and stage presence opened to her the doors of the great opera houses from Buenos Aires to Athens, Baden Baden and the all the theatres of North Africa.
In full possession of her powers, she retired at 65 and became a demanding, capable and much loved teacher.

Traduction de Patrick BADE


Prix : 13.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment