1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Maitre Pierre-Le medecin malgre lui-Gounod 2CD

Maitre Pierre-Le medecin malgre lui-Gounod 2CD

Ref: CDRG193

MAÎTRE PIERRE
(Héloïse et Abélard)

Geori BOUE (Héloïse)
Jacqueline CAUCHARD (Dame Jacqueline)
Henri LE CLEZIO (Abélard)
Michel ROUX (Frère Bernard)
Choeur et Orchestre de la RTF
Max d’OLONNE
(RTF 1951)


LE MEDECIN MALGRE LUI
Louis MUSY (Sganarelle)
Freda BETTI (Martine) - Agnès DISNEY (Jacqueline)
Lina DACHARY (Lucinde) - Michel CADIOU (Léandre)
Joseph PEYRON (Lucas) - Lucien LOVANO (Valère)
Charles CLAVENSY (Géronte)

Tony AUBIN
(1959)
CHARLES GOUNOD (1818-1893)
Maître Pierre

Le théologien Maître Pierre Abélard, né à l'aube du 12è siècle, a quarante ans lorsque Fulbert, chanoine de N-D de Paris lui confie l'éducation de sa nièce Héloïse, vierge de dix huit printemps. Le maître séduit la jeune fille, un enfant naît de leur union, qu'un mariage secret vient sceller. Fulbert accable le couple, contraignant Héloïse à entrer au couvent et faisant émasculer le séducteur impie. Celui-ci, se fait alors moine et fonde en Champagne l'abbaye du Paraclet. Son amante continue de lui vouer un amour passionné, dont attestera une correspondance, entrée dans la légende.
Gounod songeait dès 1877 à un opéra en 4 ou 5 actes inspiré de cette histoire d'amour charnel sublimé par la foi, projet évoqué par le célèbre critique Hanslick lors de la création de Polyeucte. Le caractère sulfureux d'une telle oeuvre plongeait néanmoins le musicien et son librettiste Louis Gallet dans l'embarras. L'émasculation d'Abelard était inconcevable sur une scène d'opéra. On imagina pour le finale l'autodafé des oeuvres hérétiques du théologien condamné par son accusateur Bernard de Clairvaux, et son assassinat sur ordre de l'Eglise. La partition, inachevée, devait néanmoins rester aussi secrète que le mariage des amants, selon la volonté du musicien. Une version en trois actes précédés d'un bref prélude en fut tirée par Camille St Saëns après la mort de Gounod, puis réduite pour piano-chant par Reynaldo Hahn. Les héritiers du compositeur s'opposèrent à toute représentation publique. Hahn dirigea le seul tableau final du Paraclet aux Concerts Colonne le 26 mars 1939, avec la participation de Germaine Lubin. Le présent engistrement-radio de 1951 restitue l'essentiel des 3 actes (ou tableaux) de l'opéra, sous la direction de Max d'Ollone, Grand Prix de Rome, élève de Massenet, qui en avait complété le dernier volet.
Le premier tableau, ouvert sur un prélude de St Saëns, laisse entendre une ballade dans le style ancien chantée par la suivante d'Héloïse, Dame Jacqueline (Bien me plaît le doux mois de mars). Dans l'attente de l'arrivée de son maître et séducteur, Héloïse exprime l' admiration que celui-ci lui inspire dans un air du plus pur Gounod (Ô maître, j'aime ta science). Abélard survient, plongé dans une méditation sur le conflit théologique entre Foi et Raison qui l'oppose à ses censeurs. La jeune fille l'invite alors à la lecture en commun d'un passage des Métamorphoses d'Ovide (Aura! fille du ciel...). Comme bientôt Francesca da Rimini et Paolo chez Dante, les deux êtres trouvent dans cette lecture un révélateur de leur attirance mutuelle. Leurs voix s'enlacent à la tierce (De cette heure écoulée ). Dieu est encore invoqué mais l'amour les tient en son pouvoir. Quand Pierre prononce le mot tabou, alors que l'Angélus vient de sonner, Héloïse lui fait écho, invite à un duetto d'une légèreté inattendue (De cette heure envolée). Partagée entre désir et sentiment de la faute, la suite du duo le plus long de tous ceux composés par Gounod est portée par un irrésistible lyrisme.
Le deuxième tableau est dominé par la présence d'une Eglise menaçante, réunie en concile pour juger les thèses hérétiques d'Abelard, résumées dans ses paroles: O raison , puissance sublime! , soeur éternelle de la foi. Ces droits de la Raison contre une foi obscurantiste sont alors condamnés par Bernard de Clairvaux. L'accusé se défend en un arioso expansif ( Frères, depuis trois jours ..) mais finit par s'en remettre au jugement des Pères (Si j'ai péché..). Le choeur proclame en effet Abélard hérétique, sur un choral grandiose avec orgue. L'autodafé de ses textes précipite le couple dans la crise d'une inéluctable séparation.
Le troisième tableau se déroule dans le couvent du Paraclet, fondé par Abelard, où s'est retirée Héloïse. La recluse énonce un air bouleversant (Je ne suis plus amante et je ne suis plus femme) dans lequel l'amour et le remords se partagent son coeur. Invoquant son époux elle lui adresse des paroles brûlantes d'une passion que rien ne saurait entamer. A l'image de la légendaire correspondance des deux amants, Abelard lui répond, en un duo mystique, la voix de l'aimée s'enroulant autour de celle de l'inaccessible objet de sa passion.
Le manuscrit de Gounod prévoyait en cet instant un choeur d'hommes pour accompagner la mort d'Abelard et son ensevelissement par les moines de l'abbaye de Cluny. Reynaldo Hahn préférait quant à lui que l'opéra s'achevât sur cet ultime duo d'amour.

Tel quel, Maître Pierre , oeuvre de la dernière période créatrice du musicien, offre le meilleur de son inspiration lyrique dans l'évocation d'un amour idéalisé, à côté de pages plus incertaines, dans l'esprit du Grand-Opéra. Le soin orchestral et la ferveur de l'écriture vocale font de cette oeuvre inachevée un opus singulire dans la production de ce grand musicien.

Jean Cabourg



The successive graves of Heloise and Abelard

Tired and ill, Pierre Abélard was sent by Pierre the Venerable, the Abbé of Cluny to the priory of St.Marcel-les Chalons, situated in the milder climate of the banks of the Saone. However Abélard did not recover his health and died on April 21st 1142 at the age of 63. He was buried in the chapel of Notre-Dame, next to the church.
However in the first letter to Heloise, Abélard expressed the wish that after his death his body should be taken to the monastery of Paraclet. Heloise applied to Pierre the Venerable who came up against the refusal of the monks of Saint Marcel-les Chalons who wished to keep the remains of this famous man, but had the body taken secretly at night to the monastery of Paraclet. Abélard was buried inj front of the main altar of the chapel of the "Petit Moustier" near to the monastery. Heloise, the prioress of Paraclet died on May 16th 1164. Her coffin was placed at the "Petit Moustier" next to that of Abélard.
On may2nd 1497, the abbess of Paraclet had the coffins transferred from the "Petit Moustier" which was too damp, to the choir of the great church of Paraclet, placed on either side of the main altar.
On March 1st 1621 the two coffins were transported to a crypt under the main altar.
On June 3rd 1701 a cenotaph was contructed in the choir to the memory of Heloise and Abelard, on top of which was placed the famous statue of God as the Trinity.
On March 3rd 1768, there was an inventory of the bones by two master-surgeons.
On June 6th 1780, the bones were united in the same lead coffin.
At the Revolution, the monks and nuns were evicted from Paraclet and the lead coffin containing the remains of the famous persons was transferred on November 9th 1792 to the chapel of St. Leger at the church of Saint Laurent in Nogent sur Seine.
A ceratin Alexandre Lenoir then intervened in 1791, appointed guardian of the depot of the sculptures from suppressed religious foundations. He created the museum of French monuments. In the garden of the museum he placed the monuments and sometimes also the remains of celebrities such as Descartes, La Fontaine, Molière and Turenne.
On April 22nd the coffin was exhumed and gtaken to the Elisée by Lenoir, but nothing was ready to receive it.
Lenoir has a funerary chapel constructed from completely disparate elements. On April 27th the mausoleum was finished and had a great success with crowds of visitors.
On December 18th 1816, the dissolution and end of Lenoir's "Museum of Monuments."
Transferred to the funerary chapel in the cemetery at the east of Paris which would become Père Lachaise.
On November 6th 1817, solemn inauguration of the mausoleum containing the remains of Heloise and Abelard. The funerary stones are fixed permenantly.


Prix : 19.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment