1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

MP3-L'Ecole Franco-Belge de Violon

MP3-L'Ecole Franco-Belge de Violon

Ref: CDRG131D

LOLA BOBESCO

SYMPHONIE ESPAGNOLE
Edouard LALO
01 - ALLEGRO NON TROPPO
02 - SCHERZANDO ALLEGRO MOLTO
03 - INTERMEZZO
04 - ANDANTE
05 - RONDO
Orchestre sous la direction d'Eugène BIGOT
COLUMBIA LFX 610 / 613 Paris 1942



HENRY MERCKEL

06 - IMPRESSIONS DE MUSIC-HALL
Gabriel PIERNE
Avec Mme PUGNET-CAILLARD piano
GRAMO DB 11 126 / 27 Paris 1946

07 - INTERMEZZO DU CONCERTO RUSSE
Edouard LALO
3° mouvement en Sol mineur Opus 29
Orchestre sous la direction de Piero COPPOLA
GRAMO L 1015 / 1935

08 - SERENADE CONCERTANTE
Pour violon et orchestre
Marcel DELANNOY
ALLEGRO
09 - ANDANTE
10 - CAPRICCIO
Orchestre sous la direction de Charles MUNCH.
GRAMO DB 5184/86 / 1941

11 - LA PANTOUFLE DE VAIR
Marcel DELANNOY
Danse des négrillons
GRAMO DB 5186 / 1941
Orchestre sous la direction de Charles MUNCH.

DEUX REPRESENTANTS DE LA CELEBRE ECOLE FRANCO-BELGE DE VIOLON
LOLA BOBESCO
HENRY MERCKEL.


Comme tant de violonistes, la roumaine LOLA BOBESCO (Craiova, le 9 Août 1921) fut une enfant prodige. Elle fait partie de ces nombreux artistes de haute qualité qu'enfanta, depuis deux siècles, la Roumanie, terre d'intense culture artistique et littéraire. Son père, le professeur BOBESCU Aurel, lui donna dès le berceau l'amour de la musique et lui donna très vite une formation complète. A six ans, il accompagne son premier récital. Comme beaucoup de roumains, elle se rend à Paris, obéissant à l'appel de la fameuse école franco-belge, qui a formé tant de virtuoses. En 1934, au Conservatoire de Paris, elle remporte haut la main son premier prix de violon. Le chef des concerts Colonne, Paul Paray, qui naguère avait donné en Europe sa première chance à Yehudi Menuhin, la fait débuter. Un triomphe ; 1937, elle est sacrée grande violoniste au Concours Eugène Ysaye de Bruxelles, Ansermet, Klemperer, Paray, la plupart des grands chefs de l'époque l'invite. Elle fait le tour du monde. La guerre la surprend à Paris où son triomphe avec les concerts Lamoureux, sous la direction d'Eugène BIGOT, engage COLUMBIA à enregistrer, avec ce chef et cette phalange " La Symphonie Espagnole". Ces quatre disques 78 tours, malgré la pâte précaire de l'époque, remportent un très grand succès.
Sa version du chef d'œuvre de Lalo conquiert la critique et le public. Elle fait valoir non seulement son éblouissante technique mais encore plus de rares qualités de style et de musicalité, une sorte degracile et intrépide ingénuité qui est souvent l'apanage de la précocité artistique
Elle continue pendant des lustres sa carrière de virtuose, mais s'adonne aussi très vite, avec passion , à la musique de chambre. Concerts, entre autres, avec le pianiste Jacques Genty. Elle fonde enfin en 1963, les Solistes des Bruxelles, rebaptisés Ensemble d'archets Eugène Ysaÿe. Elle choisit Bruxelles comme centre d'activité, et devient professeur au Conservatoire de Bruxelles.
René BENEDETTI

Virtuose de haute lignée, le toulonnais René BENEDETTI (Toulon 1901 / Paris 1975) aurait pu se contenter de briller par ses interprétations transcendantes de Paganini. Aujourd'hui Malibran Music nous présente cette face de son talent. Il fut même invité à Gênes pour jouer sur le fameux violon de Paganini. Mais chez lui l'artiste plaçait la " musique avant toute chose ". Premier prix au Conservatoire de Paris en 1918, il participa dès leur création (1921) aux concerts Mener, où il créa " cinéma-Fantaisie ", version pour violon et orchestre du " Bœuf sur le toit " de Darius Milhaud (cadence d'Honegger). L'œuvre lui fut d'ailleurs dédiée. En 1941, avec le pianiste Benvenuti et le violoncelliste Navarra, il forma le trio B.B.N., réalisant de remarquables enregistrements de Beethoven, de Schubert et de Ravel. Professeur au Conservatoire de Paris (1942-1971), il forma des artistes de la taille de Christian Ferras, Neville Mariner, Arnaud Jary,Emmanuel Krinne et tant d'autre.
Henri MERCKEL ( 1897-1969)

A propos d'Henri MERCKEL, Reynaldo HAHN, avec son humour habituel, notait dans les " Cahiers du disque " en 1938, qu'il est beaucoup d'artistes célèbres qui ne méritent guère leur piedestal ; et qu'un violoniste de la taille de Merckel était au contraire nettement sous-estimé. En effet, sa Symphonie espagnole (Grand Prix du Disque 1934), ses interprétations de Couperin, de Purcell, de tant de compositeurs classiques ou contemporains n'ont guère été surpassées. Premier prix de violon en 1914 au Conservatoire de Paris, il fut successivement soliste des concerts Straram, de l'Orchestre National dès sa création, puis violon solo de l'Opéra de Paris (1930-1961) : sa Méditation de Thaïs faisait à chaque fois sensation. Mais ce fonctionnaire exemplaire donna dans le monde force récitals. Il a crée nombre d'œuvres de son temps, et son talent nous est conservé dans une série d'enregistrements précieux.
A la technique pure, il joignait esprit et sensibilité, comme en témoignent, par exemple, les " Impressions de Music-Hall de Gabriel Pierné ", et la " Berceuse " de Fauré.

Guy DUMAZERT


Prix : 9.99 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment