1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

MP3-Emma Luart

MP3-Emma Luart

Ref: MR523D

Emma LUART
Soprano lyrique « colorature »

01 – Thaïs – Massenet: Air du Miroir (Odéon 123637) 4.08
02 – Thaïs – Massenet : Air d’Eros « L’amour est est une vertu rare… » (Odéon 188650) 2.35
03 – Manon – Massenet « Je suis encore toute étourdie… » (Odéon 188571) 3.13
04 – Manon – Massenet « Adieu, notre petite table… » (Odéon 188571) 3.04
05 – Manon – Massenet «Je marche sur tous les chemins… » (Odéon 188514) 2.28
06 – Mireille – Gounod « Mon cœur ne peut changer… » ( Odéon 181519) 4.54

Les Noces de Figaro – Mozart
07 – « A deux genoux, mon bel ami… » (Odéon 188672) 2.27
08 – Duo de la lettre, avec Germaine Cernay (Odéon 123762)1934, 3.26
09 – « Vous cherchez quelque chose… » Duo avec Roger Bourdin (Odéon 123762) 3.45

Jaques Offenbach
Les Brigands
10 – « C’est un courrier de cabinet… » (Odéon 238816) 2.10
11 – « Après avoir pris à droite … » (Odéon 238814) 2.13
12 – « Vraiment, je n’en sais rien… » (Odéon 238814) 2.45
13 – Trio des bottes, avec Ponzio et Balbon (Pathé X 92011)1932, 2.49
14 – Trio des marmitons, avec Ponzio et Balbon (Pathé X 92011) 3.19
15 – Les Contes d’Hoffmann « C’est une chanson d’amour… »
Duo avec Gaston Micheletti (Odéon 188574) 6.19
16 – Orphée aux enfers « La femme dont le cœur rêve… » (Pathé X 91027)1930, 2.42
17 – Orphée aux enfers : Couplets des baisers (Pathé X 91027) 2.57

18 – Le bon Roi Dagobert – Samuel - Rousseau : Duo avec Roger Bourdin (Odéon 188583) 2.45
19 – Les saltimbanques – Ganne « La bergère Colinette… » (Pathé X 91022)1930, 2.22
20 – Véronique – Messager « De-ci de-là … » Duo avec Roger Bourdin (Odéon 188711) 2.03
21 – Le Pré aux Clercs – Hérold « Les rendez-vous de noble compagnie.. »
Duo avec Balbon ( Pathé X 90002)1930, 3.02
22 – La Fauvette du temple – Messager:duo des chameliers, avec Balbon( Pathé X 90002)1930, 2.17
23 – Paillasse – Leoncavallo : Air de Nedda (Odéon 123760 ) 3.31
24 – La Traviata – Verdi « Adieu, tout ce que j’aime… » (Odéon 123760 ) 3.20
25 – Parade d’amour – Schertzinger : Rêve d’amour ( Pathé X 3442)1931, 3.13
(Disques Odéon 1927-28) Total CD 78.46
Total CD 78.46







Née à Bruxelles en 1892, Emma LUART, de son vrai nom Emma LUWAERT, était la fille de commerçants aisés. Elle grandit dans ce négoce de tissus de soies que ses parents utilisaient pour la confection de chemises et de lingeries de grand luxe. Très jeune on lui découvre une voix et c’est en toute logique qu’elle devient élève du réputé conservatoire de Bruxelles. Après avoir obtenu son premier prix à l’âge de 21 ans, elle chante durant la saison d’été au Kursaal d’Ostende. En 1914, débuts en Hollande au Théâtre de La Haye. La guerre qui fait rage en Belgique et en France freine peu pendant quatre ans l’essor de sa carrière.
Les directeurs du Théâtre Royal de la Monnaie, Kufferath et Corneil de Thoran, qui ont remarqué son talent, l’engagent aussitôt après l’Armistice. Les rôles se succèdent et elle participe en 1919 à la création pour la Belgique du rôle de la princesse Saamchédine de « Mârouf » d’Henri Rabaud. Elle chante, toujours dans ce même théâtre, tout le répertoire du soprano lyrique léger. Douée d’un physique extrêmement avenant et d’une voix ronde et bien timbrée, elle obtient des succès retentissants. Manon, Mireille, Louise, Traviata, Butterfly, Thaïs, Mélisande, sont des rôles dans lesquels elle se fait applaudir par le tout Bruxelles, alors friand d’opéra. Comme toute une pléiade d’autres chanteurs belges, avant et après elle, elle est appelée à l’Opéra-Comique de Paris, où elle débute dans Lakmé en 1922.
Elle se taille très vite une place de choix à côté des Ninon Vallin, Fanny Heldy, Ritter-Ciampi, Yvonne Brothier, etc. C’est dans cette Salle Favart quelle crée le rôle titre de « Sophie Arnould » de Gabriel Pierné, le Roi d’Yvetot de Jacques Ibert, Le Bon Roi Dagobert de Samuel Rousseau, Riquet à la Houppe de Georges Huë . Viennent ensuite les tournées qui la mènent sur toutes les grandes scènes françaises et belges, particulièrement à Monte-Carlo. Son répertoire est très vaste, car elle excelle aussi bien dans le charme et l’espièglerie que dans le drame. Une Manon idéale ! Création de La Fille de Madame Angot à la Monnaie, Salomé (Hérodiade de Massenet), au Liceo de Barcelone). Première à la Salle Favart, des Brigands d’Offenbach (Fiorella). Tournées en France des Noces de Figaro de Mozart (Suzanne), sous la direction de Reynaldo Hahn. De 1930 à 1935 elle retourne au Théâtre Royal de la Monnaie. Sa carrière de chanteuse terminée, elle devient professeur au Conservatoire de Bruxelles qui avait connu le départ de sa glorieuse carrière. Elle meurt à Bruxelles en 1968, nous laissant heureusement beaucoup de disques ( Pathé, Odéon), d’un grand intérêt à la fois artistique et historique

Born in Brussels, most probably in 1892, Emma Luart (real name Emma Luwaert) was the daughter of prosperous shopkeepers. She grew up surrounded by the silks that here family used to create luxurious blouses and underwear. Her voice was discovered at an early age and it was logical that she became a pupil at the well-reputed Brussels Conservatoire. Having won her first prize at the age of 21, she sang during the summer season at the Kursaal in Ostend. In 1914 she made her Dutch debut at the Theatre in the Hague. The war that raged in Belgium and France for nearly four years, impeded the development of her career. The directors of the Theatre Royal de la Monnaie, Kufferath and Corneil de Thoran, took notice of her talent and engaged her immediately after the armistice. New roles followed on another and in 1919 she participated as Princesse Saamchedine in the Belgian premiere of Henri Rabaud’s “Mârouf”. In the same theatre she sang the entire repertoire of the light lyric soprano. Gifted with an attractive appearance and a voice of rounded and pleasing timbre, she won resounding successes. Manon, Mireille, Louise, La Traviata, Butterfly, Thaïs, Melisande were the roles in which she was applauded by all the opera lovers in Brussels. Like an entire constellation of other Belgian singers, both, before and after her, she was invited to the Opera-Comique in Paris where she made her debut as Lakme in 1922.
She quickly won an enviable position for herself next to Ninon Vallin, Fanny Heldy, Ritter-Ciampi, Yvonne Brothier, etc. It was at the Salle Favart that she created the title role in Gabriel Pierne’s “Sophie Arnould”, Jacque Ibert’s “Le Roi d’Yvetot”, Samuel Rousseau’s “Le Roi bonDagobert” and Georges Hue’s “Riquet a la Houppe”. In addition she appeared on the most important stages of France and Belgium, in particular at Monte-Carlo. Her repertoire was enormous, as she excelled in charm and humour as well as drama. She was thus an ideal Manon! She took part in the premiere of “La Fille de Madame Angot” at the Monnaie, as Salome in Massenet’s “Herodiade” at the Liceo in Barcelona, and as Fiorella in the premiere of Offenbach’s “Les Brigands” at the Salle Favart. the toured France in “The Marriage of Figaro” under the baton of Reynaldo Hahn. From 1930 to 1935 she returned to the Theatre Royal de la Monnaie. After the end of her singing career, she taught at the Brussels Conservatoire that witnessed the start of her glorious career. She died in 1968, fortunately leaving us a great many records (Pathé, Odeon) of eminent artistic and historical interest.
Daniel MEYSMAN
Remerciements à notre ami Patrick Bade


Prix : 7.99 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment