1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Louise - Gustave Charpentier 2CD

Louise - Gustave Charpentier 2CD

Ref: MR737

Ce CD est le fruit (coupable?) de la compilation de deux enregistrements qui dormaient depuis longtemps dans les Archives Dumazert. Le premier de 1949 à Genève et le second de 1950 à l’Opéra-Comique. Nous avons complété ces deux enregistrements, les trois protagonistes étant les mêmes dans les deux cas.
Louise - Géori Boué
Julien - Edouard Kriff
Le Père - Louis Musy
La Mère-Solange Michel(Opéra-Comique)
La Mère - Renée Gilly (Genève)

André Cluytens à l’Opéra Comique
Albert Wolff à Genève
Mesdames: Renée Tarn, Margaret Mas;
Messieurs: Louis Rialland, Willy Tubiana,
Gustave Wion, Julien Thirache

L'œuvre de Gustave Charpentier, Louise 'Sa grande fille' ainsi qu'il la surnommait est intéressante à la fois au plan musical et au plan social. La mythologie de pacotille, souvent admise au théâtre lyrique est remplacée par la vie de tous les jours, actualisée par les travaux d'urbanisme de la Butte Montmartre et le suremploi de la Fée Electricité qui sera la vedette de l'Exposition Universelle de Paris se déroulant quelques mois après la création de l'œuvre. En 1900, la Ville devenait lumière. Louise personnifiant la Ville, la clarté dont elle était l'image ne pouvait que chercher à fuir de la grisaille de la pauvreté du foyer parental. Cela faisait paraître les deux jeunes protagonistes quasiment coupables de cet abandon.
Edouard Kriff (Julien) avait joué dans cette mise en scène dès 1939. Les conseils de Georges Wague, le célèbre mime, le portèrent en 1950 à envisager son rôle autrement. Louis Musy qui chantait le Père tout en faisant la mise en scène, le laissa interpréter Julien (le Poète) à la manière d'un personnage à la fois Pierrot et Arlequin se jouant (comme dans la Commedia dell'Arte), ici du Docteur, là de l'autorité des parents, transmettant à Louise/Colombine des armes intellectuelles afin qu'elle échappe à son étouffement.
Gustave Charpentier ne s'y trompa pas et lui écrivit:'Mon entière gratitude à Edouard Kriff qui réalisa ce miracle, le rôle de Julien devenu aussi séduisant que celui de sa partenaire'. Celle-ci était Geori Boué. Le 20 février 1950 c'était sa 'première' dans ce rôle titre. Louis Beydts commenta:'Elle est Louise elle-même...la musique semble être son langage naturel'
C'est ainsi que Louis Musy avec son admirable talent et Solange Michel ou René Gilly grâce à leurs voix splendides déployèrent leur talent afin d'être l'image dramatique d'un couple vieillissant nourris de principes touchants mais totalement dépassés, face à celui de Louise et de Julien devenant alors l'image du renouveau printanier de la Vie et de la Ville.

Louise 1950

Gustave Charpentier's work Louise of "his big daughter" as he called it is interesting on a musical as well as a sociological level. The cheap mythology so often found in opera is replaced by everyday life and the urbanism of the Butte Montmartre and the use of the Electric Fairy who would be the star of the Paris universal Exhibition which would open a few months after the premiere of the opera. In 1900 Paris became the city of light. Louise personified the city, the light which she represented had to flee from the dreary poverty of her parental home. This makes the two young protagonists seem almost guilty of this abandonment.
Edouard Kriff (Julien) had played this role since 1939. the advice of the celebrated mimic Georges Wague, led him to conceive the role differently. Louis Musy who sang the father as well as directing the opera, let him interpret Julien (the Poet) in the manner of a character who was at the same time Pierrot and Arlequin ( as in the Commedia dell'Arte) playing here the doctor and there the authority of the parents, transmitting to Louise/Columbine the intellectual weapons with which she could escape from her suffocation.
Ggustave Charpentier was not disappointed and wrote to him "My total gratitude to Edouard Kriff who brought about this miracle, the role of Julien, becoming as seductive as that of his partner.". this partner was Geori Boué. On February 20th 1950 it was her debut in the title role. Louis Beydt commented. "She simply was Louise .. the music seemed to enter her natural being."
In this way Louis Musy with his admirable talent and Solange Michel or Renée Gilly thanks to their splendid voices present a dramatic image of an aging couple, nourished on principles that are touching but completely out of date, in face of Louise and Julien who represent the spring-like renewal of life and the city.




Prix : 19.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment