1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Joseph Rogatechwsky

Joseph Rogatechwsky

Ref: MR662

Joseph ROGATCHEWSKY
(1891-1985)

Disques Columbia

01 LALO – Le Roi d’Ys - Aubade – LX 89 - 1927
02 MASSENET – Manon – Le rêve – LX 107 - 1927
03 MASSENET – Manon – « Ah ! fuyez, douce image » - LX 87 – 1927
04 MASSENET – Manon – « Toi ! Vous ! » duo de l’acte III (avec Germaine Féraldy) -1929
05 MASSENET – Werther – Invocation à la nature – LX 279 – 1928
06 MASSENET – Werther – « Oui, ce qu’elle m’ordonne, je le ferai » - LX 100 – 1927
07 MASSENET – Werther – Lied d’Ossian – L 950 – 1928
08 MASSENET – Werther – « Non… Charlotte, je meurs“ – L 1275-1 – 1930
09 GLUCK – Orphée et Eurydice – « J’ai perdu mon Eurydice » - LX 108 – 1927
10 GLUCK – Armide - « Plus j’observe des lieux » - L 2832/3 – 1928
11 RIMSKY KORSAKOV – Une nuit de Mai –« Le soleil descend » - LX 142 - 1927
12 GOUNOD – Faust – « Rien ! En vain j’interroge » - LX 291 – 1928
13 BIZET – Les pêcheurs de perles - « Je crois entendre encore » - LX 90 – 1928
14 BIZET – Les pêcheurs de perles – « De mon amie fleur endormie » - LX 102 – 1927
15 WAGNER – Lohengrin – Récit du Graal – LX 102 – 1927
16 WAGNER – Lohengrin – « Mon cygne aimé » - LX 92 – 1927
17 PUCCINI – La Tosca – « O de beautés égales » - L 1278-3 – 1930
18 PUCCINI – La Tosca – « Le ciel luisait d’étoiles » - L 1319-1 – 1930
19 TCHAIKOVSKY - La Dame de Pique – « Qu’est donc la vie ? » - L 3906 - 1933
20 TCHAIKOVSKY – La Dame de pique – « Pardonne moi » - L 3907 – 1933
21 BORODINE – Le prince Igor – Cavatine de Vladmir Igoryevitch – LX 139 - 1927
22 SCHUBERT – Chanson d’amour – LB 276 – 1931
Parler de ce grand chanteur évoque chez nous d’émouvants souvenirs. Ayant terminé sa carrière de ténor, il prit le flambeau de la direction du théâtre de la monnaie après le décès de Corneil de Thoran. C’était au début des années ’50. C’est là que nous commencions a connaître, aimer et apprécier ce qu’allait devenir une immense passion « l’opéra « . Joseph Rogatchewsky naît en Russie en 1891, mais vint à Paris peu avant la grande guerre. Homme d’honneur, il s’engage comme volontaire à l’armée. Dans cet affreux massacre il est blessé à deux reprises. Les hostilités terminées il entre au conservatoire et obtient en un an, un premier prix de chant et d’art lyrique. Déjà en 1922 l’opéra comique l’engage mais en 1924 C. de Thoran l’invite à la Monnaie pour y chanter « Werther » Aussitôt adopté il devient une valeur indispensable de la première scène belge.Les grandes institutions le réclament ; le Wienerstaatsoper, l’Opéra de Paris, le Concertgebouw d’Amsterdam, l’opéra de Berlin et tant d’autres portes s’ouvrent à lui, mais c’est au Théâtre de la Monnaie qu’il revient et s’installe dès lors définitivement à Bruxelles. Les rôles qu’il y interprète sont nombreux à commencer par Tannhauser, Parsifal, Lohengrin. Il y crée plusieurs œuvres dont cette magnifique « Passion »du compositeur Albert Dupuis. Toutefois c’est surtout dans l’opéra français qu’il connaît de retentissants succès. Les studios de la « Columbia » s’intéressent à lui et les enregistrements abondent. « Malibran Music » nous donne ici encore l’occasion d’apprécier les multiples facettes du talent de ce très grand artiste. Nous vous invitons à écouter avec attention entre autre l’air d’Orphée, lorsque à la mort de sa bien aimée il exprime son désespoir et où après son récit « malheureux qu’ai-je fait » il entame « J’ai perdu mon Eurydice »presque à mi voix. Nous sentons dans cet immense chagrin, mais sans pathos au goût douteux, la tristesse d’un être brisé devant la perte de son unique amour… Après son directorat au Théâtre royal de la Monnaie il est appelé à enseigner l’art lyrique au conservatoire de Mons. C’est en 1985 que ce bel artiste s’éteint à Bruxelles.
Speaking of this great singer evokes moving memories. After finishing his career as a tenor, he took over the directorship of the Theatre de la Monnaie after the death of Corneil de Thoran. This was the beginning of the 1950s. This was when we were beginning to know, love and appreciate what was to become an immense passion - opera. Joseph Rogatchewsky was born in russia in 1891 but came to Paris shortly before the Great War. A man of honour, he volunteered for the army. In this appalling slaughter he was wounded twice. At the end of the war he entered the conservatoire and withing a year won first prizes in singing and in opera. As early as 1922 he was engaged by the Opera Comique but in 1924 C. de Thoran invited him to the Monnaie to sing Werther. He ws immediately adopted as a valuable and indispensable member of Belgium’s first opera company. He was aclaimed in the great musical institutions of the Vienna Staatsoper, the Paris Opera, the Concertgebouw in Amsterdam, the Berlin opera and many other doors opened to him but he always returned to the Monnaie and was permanently based in Brussels. He sang numerous roles there, beginning with Tannhauser, Parsifal and Lohengrin. He took part in numerous first performances including that of the magnificent “Passion” by Albert Dupuis. Above all though it was in french opera that he enjoyed his greatest successes. The recording company of columbia took and interest in him and made a great many records. Malibran Music offers us the opportumity to appreciate the multiple facets of the talent of this great artist. We invite you to listen carefully to , amongst others, the aris of Orphee when at the death of his beloved he expressed his dispair and where after his recitative “Malheureux qu’ai-je fait.” he lauches into “J’ai perdu mon Eurydice” almost in a half voice. We sense in this immense pain, without false pathos or poor taste, the sadness of human being broken by the loss of a great love... After the end of his directorship of the theatre Royal de la Monnaie, he was invited to teach opera at the conservatoire in Mons. It was in 1985 that this fine artist died in Brussels.

Daniel Meysman,
traduction de Patrick Bade


Prix : 13.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment