1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Etienne Billot

Etienne Billot

Ref: MR573

Etienne BILLOT (1879-1962)

01.Les contes d’Hoffmann : Coppelius « J’ai des yeux... » (OFFENBACH)
02.Les contes d’Hoffmann : Dapertutto “Scintille, diamant.. »
03.L’africaine : Nelusko « , Fille des rois... » (MEYERBEER)
04.Hamlet : Chanson bachique (A. THOMAS)
05.Hérodiade : « Vision fugitive.. » (MASSENET)
06.La Favorite : « Jardins de l’Alcazar... » (DONIZETTI)
07.Lakmé : Stances de Nilankantha (DELIBES)
08.Le Chalet : Air de Max « Arrêtons-nous ici… » (ADAM)
09.Le Chalet: « Chants de nos montagnes… » (ADAM)
10.Le Jongleur de Notre-Dame « Il pleure ….un peu de foi » (MASSENET)
11.Le Jongleur de Notre-Dame: Romance de la Sauge (MASSENET)
12.Manon : « Epouse quelque brave fille... » (MASSENET)
13.Mignon : Berceuse « De son cœur… » (THOMAS)
14.Philémon et Baucis: Couplets de Vulcain (GOUNOD)
15.La Bohème : « O défroque si chère... » (PUCCINI)
16.La Damnation de Faust: Sérénade (BERLIOZ)
17.Sigurd: « E toi,Freia… » (REYER)
18.La Valkyrie: « Adieu, superbe... » « (WAGNER)
19.Guillaume Tell : Prière « Je te bénis… » (ROSSINI)
20.Chanson de la puce (MOUSSORGSKI)
21.Les roses d’Ispahan (FAURé)
22.Ariodant : Romance du Barde « Femme sensible... » (MEHUL)
Il est né à Béziers, l’une de ces villes du Sud de la France où le chant était alors roi. Dès son enfance, il montre de telles dispositions pour la musique et le chant classique que ses parents n’hésitèrent pas à le faire « monter » à Paris. Il entre au Conservatoire où ses rapides progrès le conduisent aux premiers prix de chant et le classent tout de suite parmi les grands barytons-basses français de son temps. Dès sa sortie, il est engagé à l’Opéra-Comique où il débute le 29 septembre 1903 dans le rôle de Nilakantha. Suivent quantité de créations où il affirme la versatilité de son talent :, le 10 mai 1904, Le Cor Fleuri de Fernand Halphen (rôle d’Obéron) et ce même jour, la première locale du Jongleur de Notre-Dame de Massenet (rôle du Moine Peintre), le 26 décembre 1905, Les Pêcheurs de Saint-Jean de Charles-Marie Widor (rôle de Landi), le 12 avril 1906, la première scénique de Marie-Magdeleine de Massenet (un disciple), le 6 juin 1906, Le Clos, de Charles Silver, livret de Michel Carré (rôle de Gervais). Pendant plus de vingt ans, il fut avec éclat, Louis XII dans La Basoche, Gaveston dans La Dame Blanche, Golaud de Pelléas et Mélisande, Le Bailli de Werther, Scarpia et, bien sûr Le Père de Louise (une incarnation inoubliable). En 1924, il rejoint Marseille à la réouverture de son Opéra. Très vite, le public phocéen –fort exigeant à l’époque- en fait l’un de ses chanteurs favoris, non seulement pour sa belle et grande voix au sol aigu insolent, mais aussi pour sa faculté d’être un désopilant Bartholo du Barbier, un émouvant Hamlet, un pétulant et élégant Méphisto ou un terrifiant Golaud. Il ne quitte la scène qu’après cinquante ans de bons et loyaux services et se retire dans ce Marseille qu’il a toujours aimé et où il meurt en 1962.
Nous remercions notre ami Jacques STROUK qui nous a ouvert les portes de sa collection

He was born in Béziers, one of these towns of the south of France where at that the lyric art was the king. Since his childhood, he shows such natural bent for music and classical song that his parents don’t hesitate to send him to Paris. He was immediately admitted at the conservatoire where his fasts progresses lead him to the first prices and place him among the greatest French bass baritones in that time. As soon as he leaves the conservatoire, he is engaged at the Opéra Comique where he makes his debuts on September 29th 1903 in the role of Nilakantha. Then he participated to many creations and premières in this theatre, showing the versatility of his talents: Mai 10th 1904 Le Cor Fleuri by Fernando Happen (role of Obéron) and at this very date the local première of le Jongleur de Notre-Dame by Massenet (role of the friar painter), on December 26th 1905, Les Pêcheurs de Saint-Jean by Charles Marie Widor (role of Landi), the première on stage of Marie-Magdeleine by Massenet (role of a disciple), on June 6th 1906, Le Clos by Charles Silver on a libretto by Michel Carré. During more than twenty years, he was brilliantly, Louis XII in La Basoche, Gaveston in La Dame Blanche, Golaud in Pelléas et Mélisande, the bailli in Werther, Scarpia, and, off course, the Father in Louise (an unforgettable embodiment). In 1924, he comes to Marseilles when its Opera reopens. Immediately, the phocean public –very demanding at this epoch- adopts him as one of its favourite singer not only because of his beautiful and sonorous voice with a stunning high G, but also for his ability to be an hilarious Bartholo in Il Barbiere, a moving Hamlet, an exuberant and elegant Méphisto or a terrifying Golaud. After a fifty years career, he retied in Marseilles, the town he liked so much and where he died in 1962.

Jean ZIEGLER


Prix : 13.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment