1. Accueil
  2. Login
  3. Panier
  4. Paiement

Daniel Marty

Daniel Marty

Ref: MR557

Daniel MARTY, baryton
01.Le Barbier de Séville, Rossini: air de Figaro
02.Les Pêcheurs de perles, Bizet: air de Zurga
03. Roméo et Juliette, Gounod : Ballade de la Reine Mab
04. Rigoletto, Verdi Monologue « Tous deux égaux »
05. Rigoletto, Verdi « Courtisants race vile et damnée »
06. La Traviata, Verdi : air de Germont
07. Faust, Gounod : air du Veau d’or
08. Evocation de Méphisto
09. Sérénade de Méphisto
10. Le pas d’armes du Roi Jean, Saint-Saëns (Hugo)
11. Le soir, Gounod (Lamartine)
12. Epitaphe de Scarron, Trémois
13. Quand ces beaux yeux, Trémois (Pierre de Ronsard)
14. Chant bachique , Trémois (Desforges Maillard)
15.Ballade de Frère Panuce, Trémois ( Gabriel Vicaire)
16. Le cygne, Saint-Saëns
17. Les cloches de Corneville, Planquette:”J’ai fait trois fois...”
18. My fair Lady, Loewe: “Un air de printemps...”
19. La Veuve Joyeuse, Lehar : air d’entrée de Danilo
20. La Chauve-Souris, Johan Strauss : couplets d’Orlofsky
21. Rêve de valse, Oscar Straus: couplets de Fonségur
22. Le Baron tzigane, Johan Strauss: entrée de Barinkay
23. Le Baron tzigane,Johan Strauss : air de Czupan
24. Le Pays du sourire, Lehar: air de Sou-Chong «Je t’ai donné mon cœur»
25. Noël,Adam : Minuit, chrétiens.



La personnalité de Daniel MARTY dépasse de loin la carrière – même longue et féconde – d’un artiste lyrique d’exception.
En France et à l’étranger, il a défendu durant quelque trois décennies (1957-1989) le répertoire international, et en premier lieu français : Berlioz, Chabrier, Gounod, Massenet. Son Figaro, du « Barbier de Séville » rossinien fut sans doute pour lui un cheval de bataille. Il l’interpréte, avec succès, à la Télévision Française et sur toutes les grandes scène françaises. Il participe à de nombreuses tournées pour les Jeunesses Musicales de France; suit une série de concerts en Bulgarie. A partir de 1957 Il est engagé dans les principales villes de France ainsi qu’ à La Monnaie de Bruxelles pour de triomphales séries d’Escamillo. Sa technique et son style lui permettent de s’ imposer comme un interprète racé du lied et de la mélodie française.Au Conservatoire National de Paris, il avait d’ailleurs été l’élève du célèbre Charles Panzera. Il y avait obtenu un premier prix de chant. Sa voix, très longue, ne fut pas seulement un don du ciel, mais surtout le résultat d’un travail incessant. Son art du chant hors de pair le mit au premier rang, lui permettant non seulement de défendre un répertoire considérable, mais aussi de conserver intacte cette voix , même après le terme de sa carrière active.
Dailleurs son activité continue de s’exercer dans de nombreuses directions : émissions de radio et de télévision, conférences, recherches musicologiques, éditions littéraires et graphiques. … une histoire illustrée du phonographe, particulièrement bien documentée et luxueuse. A son actif aussi « Une dame nommée Wanda » (Landowska), articles sur Saint-Leu-la-Forêt, études et publications sur le phonographe, un coffret de grand luxe sur le fameux Opéra de Monte-Carlo. En 1995 au centre Georges Pompidou, il participe à une exposition sur la Machine parlante. Président-Fondateur de l’Association « les Amis de Wanda Landowska », Ses études sur de grands chanteurs : Nelly Melba, Emma Calvé, Enrico Caruso, Francesco Tamagno, Jean de Reskzé, Chaliapine et Titta Ruffo font autorité.

Guy DUMAZERT



The personality of Daniel Marty is far more wide-ranging than even his lengthy and busy career would suggest. In France and abroad, over a period of more than three decade (1957-1989) he performed the international and above all the French repertoire; Berlioz, chabrier, Gounod, Massenet. His Figaro in Rossini’s Barber of Seville, was without doubt his great “war horse”. He interpreted this role with success on French television and on all the leading French stages. He participated in numerous tours for the “Jeunesses Musicales de France”, following a series of concerts in Bulgaria. From 1957 he was engaged by the principal towns of France as well as the Monnaie in Brussels for a triumphant series of Escamillos. His technique and is style allowed him to establish himself as a refined interpreter of German and French song.
Besides all of this, he was a pupil at the Paris Conservatorie of the famous Charles Panzera. He won first prize in singing. His voice with its extensiverange, was not just a gift of God but also the result of ceaseless work. His matchless art not only permitted him to perform a wide repertoire but alsoto conserve his voice in tact beyond the end of his active career.
Thereafter his activites coninued in many directions; radio and television broadcasts, lectures, musicological researches, graphic and literary publications, an illustrated history of the phograph, especially a well documented and magnificent “A lady called Wanda” (Landowska), articles on Saint-Leu-la-Foret, studies and publications on the phonograph, a luxurious boxed set on the famous Monte-Carlo opera. In 1995 at the Georges Pompidou Centre he took part in an exhibition on the speaking machine. He was founding president of the association “The Friends of Wanda Landowska” and his authoratitive studies on great singers include Nelly Melba, Emma Calvé,Enrico Caruso, Francesco Tamagno, Jean de Reszke, Chaliapine and TitaRuffo

Guy DUMAZERT
Remerciements à Patrick BADE


Prix : 13.00 (Including TVA at 20%)


Vu precedemment